Itall_5Itall2

Synopsis :

 

Trois épisodes une seule histoire. « Ha kol Mathil Bayam », sous-titré « Trois scènes sur l’enfance et la mort », raconte les bonheurs et les malheurs des Goldstein, une petite famille israélienne aux prises avec les expériences de l'amitié, de l'amour, due sexe et de la mort. Les aventures qu’ils vont vivre vont bouleverser l’équilibre de cette famille, tantôt en essayant d’y introduire de nouveaux éléments, tantôt en tentant de la décomposer. Ainsi ce père, cette mère et leur enfant vont-ils réaliser le bonheur qu’ils ont d’être unis.

 

 

 

 

Le premier épisode se déroule au bord de la mer. Le second dans le Parc national d’Ashkelon, parmi les statues antiques, des arbres, et les fortifications en pierre de grande taille. Le troisième épisode a lieu dans le nouveau domicile de la famille Goldstein, qui a déménagé en prévision de la naissance d'une petite fille. Chacune de ces situations est pleine de dangers et de drames qui, pris tous ensemble, unissent les trois membres de la famille plus fortement et plus profondément que jamais.

 

Itall_1

 

C’est l’histoire du destin qui joue ses tours, parfois léger et drôle, parfois menaçant et sévère. Les Golstein, confrontés à cette inconstance arbitraire que personne ne peut comprendre, n’ont rien d’autre que les liens qui les unissent pour se défendre.

 

Itall_4

 

 

 

 

 

 

 

Réalisation :

 

Itall3

 

 

« J'ai failli mourir plusieurs fois pendant mon enfance. Comme n'importe quel autre enfant. En tant qu'adulte, j'ai eu d'autres rencontres avec la mort. Des face-à-face, ainsi que d'autres plus éloignés. J’ai distillé ces évènements dans ces trois épisodes, dans l'histoire de ces « mère, père et enfant », si étroitement unis. Qui, lorsqu’ils essaient d'élargir leur cercle étroit, aboutissent à un échec. Aucun d'entre nous n’est né parent. Nos enfants nous apprennent à être des parents. Ils nous regardent avec de l’étonnement, de la joie, de la honte et, parfois aussi, de la tristesse. Le regard d'un enfant sur ce monde qui lui a été imposé, le monde des adultes: de ses parents et de leurs relations à leurs voisins, à leurs amis et à leurs propres parents, est quelque chose qui m’intéresse particulièrement. Ce sont ces regards, ceux de ma propre enfance que je tente de récapituler pour le spectateur à travers mon film.

 

 

Itall_11

 

 

 

 

À une distance rétrospective, les choses semblent beaucoup moins arbitraires que lorsqu'elles sont vécues successivement. Lorsque notre histoires est mises sur papier ou transmise à l'écran, le lien commun qui associe ces choses se fait jour et prend tout son sens. Le sort de l'individu et le destin de sa famille sont inextricablement liés. La famille est une unité primordiale, qui combine les exigences de la société avec la volonté de l'individu, ses espoirs et ses craintes. Le destin peut frapper une famille comme une boule de billard frappe des quilles, provoquant de la douleur ou de la joie, rebondissant du père à la mère à l'enfant. Au sein d'une même famille, l'affect est extrêmement contagieux. Il se transmet d'un membre de la famille à l'autre, ne contenant plus déjà que seulement lui-même, mais toutes les réactions des autres. «Nous vivons comme nous rêvons - seuls ...», écrivait Joseph Conrad dans « Heart of Darkness ». Je pense personnellement que  nous vivons avec nos parents et avec nos enfants. Pour toujours. »

 

 

 

 

 

 

Itall_9

Itall6

 

 

Biographie:

 

Eitan

 

Parmi les fondateurs du cinéma et de la télévision israélienne, Eitan Green est un scénariste et réalisateur très prolifique et très. Son travail de critique de cinéma, de maître de conférences, ses ouvrages ainsi que ses nombreux investissements dans l'industrie du film font de lui l’un des maîtres de l'Académie israélienne du septième art. Il est Professeur et Chef du Département d'écriture cinématographique à l'Université de Tel Aviv. Sa filmographie comprend, entre autres - «Lena» (1980) ; « Ad Sof Halaylah»(1984), Sélection officielle au Festival de Cannes ; « Ezrah Amerikai»(1992) ; « Zolgot Hadma'ot Me'atzman» (1996); « Henry's Dream» (2004) Bangkok.

 

Itall_10

 

 

 

 

« Ha kol Mathil Bayam », un film de Eitan Green, avec Yuval Segal, Dorit Lev-Ari, Jonathan Alster, Ron Jaegermann et Tzahi Grad. REMI Award de l’excellence au festival international du film indépendant de Houston (avril 2009). Nominé au European Film Academy Award (décembre 2009). Sortie en Israël le 18 decembre 2009.

 

 

 

 

 

par Sandrine Bendavid.